Facebook voit sa croissance ralentir et perd des utilisateurs en Europe

Après avoir dépassé la barre des 2,2 milliards d’utilisateurs dans le monde, Facebook observe un ralentissement de sa croissance pour son 3ème trimestre 2018. Le réseau social voit en effet sa notoriété écornée depuis les divers scandales dont il a fait l’objet au cours de cette année. Toutefois, ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on sonnera la chute de Facebook. Malgré cette perte de vitesse, le groupe enregistre un gain de 33% de chiffre d’affaires et de 9% sur ses profits.

Facebook parvient à sauver les meubles auprès de Wall Street

L’année 2018 ne fût pas de tout repos pour Facebook. Après le scandale Cambridge Analytica, les soupçons de manipulations politiques sur son réseau et la dernière faille de sécurité révélée, les internautes boudent la plateforme. Aux États-Unis et en Europe, les régions clés pour la firme, Facebook voit le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens (DAU) stagner à 185 millions aux USA et Canada, voire baisser en Europe, passant de 279 à 278 millions.

Sur le plan global, Facebook compte désormais 2,27 milliards d’utilisateurs mensuels actifs, une timide augmentation par rapport aux espérances de Wall Street, qui tablait sur 2,29 milliards. La croissance des bénéfices tend également à décevoir, puisque le chiffre d’affaires de Facebook est de 13,727 milliards de dollars, inférieur aux attentes de 13,78 milliards.

facebook-q32018

Malgré ces résultats médiocres pour les investisseurs, Facebook est parvenu à rassurer. Si l’action a perdu 6,5% lors de la publication des résultats, elle a ensuite repris 3,2% un peu plus tard. Facebook savait en effet que ce trimestre serait en demie-teinte et a pris soin d’alerter ses investisseurs en amont. Pour justifier ces résultats, Mark Zuckerberg a également expliqué que le réseau social investissait beaucoup dans la sécurité des données de ses utilisateurs et dans le contrôle des contenus.

Le réseau social capitalise sur les Stories

Autre tendance inquiétante pour Facebook : le désintérêt massif des jeunes générations pour la plateforme. Si les chiffres d’Instagram sont très prometteurs, les usages sur Facebook – et les revenus qui en découlent – sont également en berne, notamment pour le fil d’actualité.

Pour Mark Zuckerberg, le filon se trouve dans l’exploitation des usages des Stories, les messages privés, les groupes et les pages qui ont désormais le vent en poupe sur Facebook et les autres services du groupe. En effet, environ 2,6 milliards de personnes utilisent au moins un des services de Facebook par mois.

fb-revenue-geography

Pour le PDG de la firme, les marques et annonceurs ont besoin d’une période d’adaptation pour s’ajuster aux usages de ces nouvelles tendances. Mark Zuckerberg estime que cette transition a été plus ardue que prévue, et que Facebook aurait besoin de plus de temps pour que les revenus repartent à la hausse avec ces nouveaux formats.

Source : BDM

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :